Raid Orion 1972

Raid Orion 1972

par Antoine|2021|0 commentaire

En 1970, Albert Sarailler (1940-2001), écrivait :
— « je souhaite vivement que dans un délai proche une caravane de motocyclistes puisse parcourir l’Orient ».
On peut, donc, le considérer comme l’inventeur du Raid Orion qui sera le premier grand raid motocycliste.
Ce projet verra le jour grâce aux accointances d’Albert Sarailler avec la Guilde Européenne, Moto Revue et ainsi qu’avec d’autres sociétés industrielles.

La Guilde Européenne du Raid : En 1967, quelques jeunes passionnés d’aventure se fédèrent pour lancer la Guilde. En réalité, la création officielle n’interviendra qu’en 1970, à Paris, lors du Forum de l’Aventure, avec Paul-Émile Victor, qui en deviendra le Président d’Honneur.

Ce raid estival consistait à rejoindre Ispahan (Iran) en partant de l’Avenue des Champs-Élysées.
Les organisateurs avaient prévu que les équipages intéressés, pourraient poursuivre jusqu'à Bâmiyân en Afghanistan, en passant par Kandahar et Kaboul, soit 5 000 km supplémentaires. Faute de temps (congés payés) ce ne fut qu’une dizaine de motocyclistes qui se lança dans ce voyage additionnel.
L’hébergement, dans chaque ville étape, se fit sur des terrains de camping.
Ce furent les importateurs de motos qui assurèrent l’assistance mécanique !
Le service sanitaire fut assuré par des médecins participants au raid !
Il en coûtait, 600 FF (*) par pilote et 500 FF (*) par passager, d’inscription avec assurance rapatriement.
À la fin de l'année 1972, il y eut une remise des prix qui départagea les participants, n'ont pas sur leur hardiesse, mais sur leur talent de reporter photographe !

La Guilde prévit 400 inscriptions avec des machines d’une cylindrée supérieure à 500 cc. Il n’en fut rien, puisqu'il n'eut qu'une centaine d'enregistrements.
Parmi ceux-ci, un, plus particulièrement, attira la presse française : celui d’Anne-France Dautheville. Seule femme engagée, sur une Moto Guzzi V7, sa présence ne fut pas étrangère au succès populaire de cette équipée levantine.
Notons également, la participation d'Uwe Ommer, photographe allemand reconnu mondialement, ainsi que celle de Jean-Marie et Christine Debonneville.

Près d’une centaine de motos quittèrent Paris pour ce long périple, d’environ 7 000 km.
L’itinéraire pour rejoindre les points de passage fut laissé libre. Avec un départ de Paris le 31 juillet, il fallait pointer le :
02 août à Belgrade, en ex-Yougoslavie
04 août à Istambul (Turquie)
10 août à Aşkale (Turquie)
14 aout à Ispahan
Les motocyclettes souvent surchargées, avec des routes et des pistes difficiles, rendirent les trajets éreintants. Peu de side-car au départ et beaucoup de BMW.
Il n’y avait que très peu d’harmonie entre les participants issus d’horizons sociaux divers.

En résumé ce Raid Orion 1972, restera incontestablement un succès médiatique. Les rallyes-raids de la fin des années 1970 lui doivent beaucoup.

Il y aura, en août 1973, un Raid des Oasis Orion, toujours à l’initiative d’Albert Sarailler qui proposa de rejoindre Ghardaïa en Algérie, en partant du Palais de Chaillot ! Cette aventure n’aura que peu de succès populaire.

(*) à peu près la même somme en Euros de 2021

commenter album

concentres d’hier © 2021|depuis 2009

fabriqué avec Themewagon

C'est PixTrakk qui vérifie où, quand, comment, par qui sont utilisés nos écrits et images.