À propos de ma démarche


Je reste admiratif et intrigué par les rassemblements et les grandes rencontres motocyclistes des années 1960-70, et début 80.
Mes premières concentres datent de la fin des années 1970, je n’ai donc pas vécu l’intégralité de cette période en tant que motard.
À ce jour, aucun média électronique ou papier, ne traite de ce sujet en particulier ni en profondeur.

logo concentres d'hier par Jacquou

J’aimerais rassembler des renseignements, des anecdotes, des histoires et des images. En un mot, stimuler, grâce à vous tous, la mémoire collective par la mémoire individuelle.
J’ai bien quelques documents d’époque, mais rien ne vaudrait le témoignage d’anciens participants.
Alors à vos souvenirs, à vos albums et à vos plumes, pour éviter que la moisissure, les souris, les destructions, l’oubli et le temps n'effacent tout !

Historique

Pourquoi ces grands rassemblements apparaissent-ils ?


L’entre-deux-guerres

Pour un moto-club, l’affiliation auprès de la Fédération Française de Motocyclisme (F.F.M.) était une démarche naturelle. L’organisation des manifestations se devait d’être solennelle et rigoureuse. Le citoyen, donc le motocycliste, aimait à retrouver de l’ordre dans sa vie quotidienne, comme dans ses loisirs. Les Rallyes Routiers, comme les Audax, étaient alors très prisés, ils alliaient le plaisir de rouler tout en visitant et le frisson de la compétition classements, catégories, remises des prix, etc.

Les années 50

Le nombre d'immatriculations de motocyclettes neuves s'effondra, devant l'arrivée massive des petites voitures populaires, engendrant une inversion réciproque des activités industrielles. Au début des années 60, l'activité moto était au plus bas, avec moins de vingt-mille deux-roues vendus par an. Néanmoins, pendant cette période de crise, les motards se réunissaient, souvent spontanément, en bande dans des lieux publics, dans des bistrots, ou créaient des sections dans des Clubs existants. Ce qui paraît invraisemblable, c'est que certains vont réussir à organiser des rassemblements dans un environnement aussi défavorable, hors des fédérations !

Les années 60

Tous les motards sur la route, non seulement se faisait signe mais presque toujours se connaissaient, vu le petit nombre de « rouleurs ». A la fin des années 60, deux faits majeurs allaient progressivement influer sur le milieu motard : l’arrivée d’une nouvelle jeunesse et l’éclosion de la production japonaise. A ces deux faits, il convient d’ajouter l’immobilisme structurel de la Fédération, comme ce Président (A. Pérouse) qui y resta presque quarante ans, jusqu'au milieu des années 60.

Majoritairement

La population motarde, souvent d'origine modeste, aspirait à une nouvelle forme de liberté, elle rejetait le système social en place. Parallèlement, l’importation des premières motos japonaises, captiva un nouveau public, réveilla l’industrie européenne (surtout Allemande et Italienne, peu les Anglais très bloqués sur leurs habitudes et leurs bicylindres) et dynamisa les réseaux de distribution. De nouvelles machines, taillées pour la route, plus fiables, demandant moins de connaissances techniques pour rouler loin, apparurent.

Le contexte

La jeunesse cherchait alors de nouveaux repères, l’apparition des premiers rassemblements pouvait donc débuter. Le motard put ainsi affirmer son refus des autorités en place. Mais, très vite, clubs officiels et grands concessionnaires s’intéressèrent au phénomène (cf. Les Chamois de Jean Murit, concessionnaire B.M.W. à Paris). Au début des années 1970, pour contrecarrer cette mainmise, de nouveaux clubs non-affiliés, ou indépendants, allaient se créer : les motos-clubs dits "pirates". Leur activité première était de "tailler la route" pour rejoindre les lieux de rassemblements.

Moralité

Avec une population motarde en plein essor, des valeurs comme l'amitié, la convivialité, l'entraide et le goût de l'aventure purent être colportés, par monts et par vaux, grâce à ces concentrations de pilotes et de motos. Ainsi les "concentres" des années 1960-70 émergèrent lentement d'un dédale politico-social difficile, pour ensuite atteindre leur apogée.

concentres d’hier © 2020|depuis 2009

fabriqué avec Themewagon

C'est PixTrakk qui vérifie où, quand, comment, par qui sont utilisés nos écrits et images.

retour haut page