RLMOA

ROYALE LIGUE MOTORISTE OURTHE-AMBLÈVE

par Antoine|2021|0 commentaire

Dès les années 1910, quelques notables aqualiens (région d’Ourthe-Vesdre-Amblève) se réunissaient occasionnellement, en proposant d’effectuer des contrôles de passage pour différentes épreuves automobiles. En 1919, à la sortie de la Grande Guerre, ces motocyclistes sportifs continuèrent de coopérer et ils décidèrent, en février 1921, de se structurer en créant la Ligue Motoriste Ourthe-Amblève (LMOA). Notons qu’il faudra attendre 1971, pour que la LMOA devienne la Royale Ligue Motoriste Ourthe-Amblève (RLMOA).
Si ce club, au rayonnement européen a, jusqu’à la fin des années 1930, une forte connotation d’épreuves de vitesse et de régularité, bien souvent auto-moto, il est, dès l’après-guerre, devenu un club très auto-moto verte.
Sa renommée moto-touristique, acquise dans nos rangs, résulte uniquement de l’organisation d’une concentration, organisation qui reste, néanmoins, marginale dans les activités de la RLMOA.
Ce ne sera qu’en 1968, que la section tourisme de la RLMOA, voulu avoir sa manifestation. Il fut donc, décidé d’organiser la Concentration Internationale des Sangliers, le même week-end que le Grand-Prix de Belgique de Francorchamps.
Comme souvent l’aspect mercantile de l’activité est évidente.
À la lecture, de certains écrits, on serait entraîné à imaginer une grande rencontre internationale des Sangliers. En fait, il y a confusion, c’est le Grand-Prix qui attirait beaucoup de motocyclistes européens, la Concentration Internationale des Sangliers n’était qu’une ronde, style de rassemblement très apprécié de nos voisins belges : on y arrive le dimanche matin de bonne heure, un en-cas est servi et l’on part, pour au moins, une centaine de kilomètres de petites routes pittoresques, retour pour le midi avec casse-croûte et remise des prix avec classement fédéral.
La première édition en 1968, la dernière en 1982. Le nombre des randonneurs n’y a jamais atteint les chiffres des grands rassemblements européens. Par exemple, à la 14e édition de juillet 1981, au domaine touristique du château d’Harzé, il y eut 354 inscrits dont 13 clubs français pour 34 motocyclistes.

Un petit historique du club :
• 1921–1932 : dès l’été 1921, une première organisation avec le Circuit des Crêtes, épreuve de régularité et course de côte, ensuite le Critérium de Vitesse, trois courses de côte le même jour.
• première épreuve tout-terrain en 1936, une course sur herbe.
• 1937–1944 : la guerre couve, les organisations deviennent confidentielles (litres d’essence, gymkhana, courses de côte). En 1939, le club est mis en veille. Dès l’hiver 1944, timide redémarrage avec les fonds de 1939, soigneusement conservés.
• 1946–1957 : on repart avec le Moto Cross, le Trial et la construction d’une piste de Grass Track. Les épreuves sur route sont également relancées dès le début des années 1950, avec le Circuit des Crêtes
• 1956–1958 : avec le président fondateur du moto-club Châtillonnais (Gabriel Cantalice) est mis sur pied une épreuve de régularité mixte auto-moto, Aywaille-Paris-Aywaille pour les Belges et Paris-Aywaille-Paris pour les Français.
• 1958–1959 : l’épreuve de trial devient les Trois Jours Internationaux.
• 1961 : organisation du Grand-Prix 250 cm³ du Championnat d’Europe de Moto-Cross.
• 1970 : rallye automobile des Forêts (trial auto).
• 1971 : la LMOA devient RMLOA

commenter album

concentres d’hier © 2021|depuis 2009

fabriqué avec Themewagon

C'est PixTrakk qui vérifie où, quand, comment, par qui sont utilisés nos écrits et images.