MOTO CLUB 95

vu et raconté par Francis Arondel

Moto Club MC 95 Enghien les Bains Michel Perdrix

Plutôt que de faire un historique du MC95, et dire des sottises, je préfère te raconter comment j'ai connu ce club mythique : J'avais 17 ans, je venais de passer mon permis, mais je ne connaissais pas le moindre motard, pas plus dans ma famille que dans mes amis, ni même dans la ville où j'habitais.
Un jour, j'apprends par un copain de lycée qu'un groupe de motards se retrouve tous les samedis soir à quelques kilomètres de chez moi, devant la gare d'Enghien les Bains (Val d'Oise).
Un soir, j'y vais, histoire de voir, et je rencontre quelques furieux passionnés. Comme cette première expérience était plutôt sympathique, je pris l'habitude d'y retourner chaque semaine.
Quelques temps plus tard, le groupe de motards se transforme en club sous la houlette d'un certain Michel Perdrix. Le club, bien que déclaré comme association « loi de 1901 » se veut « Pirate ». Mai 68 n'est pas encore très éloigné, et la FFM n'a pas bonne presse parmi les jeunes motards ! Quoi qu'il en soit, un des premiers clubs du genre, était né, le MC95 !
Commencèrent alors les sorties en commun. En début d'année, les courses de côte, Méru, Lapize, et les concentres... Il y a des motards de tous âges, des plus expérimentés au guidon de side Ratier, aux petits jeunes en 125 ou en 50...
En 1969, Michel Perdrix eu l'idée géniale de créer l'équivalent français des célèbres Éléphants. Sa femme étant originaire du Centre, le lieu fut trouvé : le plateau des Millevaches. La première édition, dans des conditions climatiques épouvantables, restera gravée dans les mémoires et donnera naissance à la légende des Millevaches...
Au début des années 70, le MC95 devint l'un des plus importants clubs, avec le MC Dragons de Clermont Ferrand. Les deux joyeuses bandes de motards sympathisèrent très vite en trustant les podiums aux remises des prix dans les concentres, aujourd'hui encore leurs membres prennent un grand plaisir à se retrouver.
Mais en Aout 1971, Michel Perdrix, au guidon de son side BMW se fit percuter par une voiture dont le conducteur avait perdu le contrôle. Il décéda des suites de ses blessures... Annick son épouse reprit courageusement la présidence du club pendant quelques années...
En bonus, une photo de la coupe remportée par le MC95 en 1971 aux Aiglons (Suisse). Les membres du club ayant décidé de me l'offrir, vu que j'avais fait les 1200 km aller-retour en 50 Zundapp, acheté au frère de Jean-Charles Salmon ! Parti le vendredi à 23h, j'ai roulé de nuit, je suis arrivé le samedi en fin d'après-midi, et j'ai repris la route le dimanche à l'aube !

album

Ce que les motocyclistes racontent...

Et, ce qu'ils se répondent !

  • message 003 - mai 2016

    Dominique Salmon J'ai fait partie du MC 95 du début au bouquet, des sorties à la Bastille, avec Joël et Francis Maillard d'Eaubonne, Fred et Gérard Dutech. J'ai commencé en 50 Mondial caréné, 125 Yam YAS1 puis 350 Kawa Avenger, la 1ère du club, puis retour au 50 avec un Zundapp KS50 Super Sport, puis 250 MZ, 2 de suite.
    J'ai conservé encore aujourd'hui des médailles de concentres, Millevaches 70, Chamois, etc. et surtout un logo du MC 95 que j'avais peint sur ma tente, diamètre 48cm !
    Est-ce que certains ont gardé des objets souvenirs de cette époque ? Dominique
  • message 002 - mai 2016

    Dominique Salmon Bonjour, je suis Dominique, le frère de Jean Charles SALMON. Lui est installé près d'Ussel en Corrèze, moi je suis dans la Loire, près de Montbrison. Visiblement, c'est moi qui t'ai vendu le Zundapp avec lequel, j'ai fait 36000 km en à peu près 1 an... beaucoup de concentres, circuits et un tour de 6000 km jusqu'en Suède et Norvège en 15 jours pour acheter ma 1ère MZ 250, puis une 2ème, les 2 achetés chez Mme Sella. Si tu avais des photos du Zun, j'en ai quelques-unes.
    Je roule actuellement en kawa 1000 Versys. Bien cordialement Dominique
  • message 001 - octobre 2013

    d'Evelyne Beaslay Salut aux motards et motardes en concentre à partir de 1971 dont bien sûr les Milles Vaches, en passagère (vu mon jeune âge n'est-ce pas). J’ai su plus tard que l'on m'avait surnommé "cuisses de mouches". J'étais en 2011 aux retrouvailles de Pau. J’ai gardé certaines médailles de concentre. Toujours motarde ceux qui se rappellent de moi, je suis pressée de vous lire. Evelyne